En Suisse, des milliers de personnes travaillent sans bénéficier du statut de travailleur à part entière. Elles sont actives dans le cadre de l’assurance-chômage, de l’assurance-invalidité, de l’aide sociale, de l’asile, d’un atelier protégé, du service civil ou d’un travail d’intérêt général au sens du code pénal.

Colloquées sur le marché du travail complémentaire, ces différentes formes d’emploi ont toutes la particularité d’être régulées par l’État qui autorise leur exercice et détermine leurs modalités contractuelles.

Ces formes d’emploi n’ont à ce jour jamais été analysées comme du travail.
Notre projet de recherche mobilise les outils de la sociologie du travail pour analyser le marché du travail complémentaire dans trois cantons suisses :

Quels sont les différentes conditions d’emploi et les rapports de travail en vigueur sur ce marché ?

L’essor du marché du travail complémentaire instaure-t-il de nouvelles formes de segmentation du marché du travail ?

Le cas échéant avec quels effets structurels, institutionnels et individuels ?

logo_supsi

Objectifs

Prévu sur une durée de 42 mois, le projet poursuit trois objectifs majeurs

Conditions d'emploi

Analyser les conditions d’emploi à l’aide d’une revue documentaire sous l’angle du droit du travail. Ce premier axe de recherche répertorie les formes du contrat de travail, la durée de la relation de travail, le niveau et les formes de la rémunération et de la protection sociale sur le marché du travail complémentaire.

Structure du marché

Analyser la structure du marché complémentaire dans les trois cantons aux moyens d’une étude documentaire et d’entretiens avec des responsables cantonaux. Ce second axe de recherche permet une comparaison de l’étendue et de la composition du marché complémentaire dans trois cantons.

Rapports de travail

Analyser les rapports de travail sur le marché complémentaire au moyen de deux études de cas par canton afin d’analyser les conditions de travail et son organisation, notamment les relations entre responsables, encadrants et travailleurs.

L’analyse croisée de ces données nous permettra de recueillir des données aujourd’hui inexistantes sur le marché du travail complémentaire dans une perspective de comparaison inter-cantonale, mais apportera également une contribution substantielle à des questions d’actualité : en quoi l’Etat en général et les politiques sociales en particulier contribuent à (re)définir ce que les sociétés occidentales désignent comme du « travail » ? Avec quels effets sur les processus de segmentation du marché du travail ?

Calendrier

Axe 1
Conditions d’emploi

Janvier 18 → Décembre 18
Analyse documentaire

Axe 2
Structure du marché complémentaire

Janvier 19 → Octobre 19
Récolte des données

Mai 19 → Décembre 19
Analyse des données

Octobre 19 → Février 20
Comparaison des données entre les 3 cantons

Axe 3
Enquête sur les rapports de travail

Janvier 20 → Décembre 20
Observations et Entretiens semi-directifs

Avril 20 → Mars 21
Analyse des données

Novembre 20 → Juin 21
Comparaison des étude de cas

Equipe

Dr Natalie Benelli
Chargée de recherche - Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne

Natalie Benelli est docteure en sciences sociales de l’Université de Lausanne. Dans ses recherches, elle s’est notamment intéressée à la division du travail et aux rapports sociaux dans les métiers du nettoyage et de l’entretien des rues en Suisse, aux Etats-Unis et en Italie. Elle a également étudié la mise au travail de personnes sans domicile fixe dans la ville de New York. Natalie Benelli enseigne les politiques sociales dans une perspective de comparaison internationale. Elle a notamment publié: Benelli, N. (2017). Le rôle des Business Improvement Districts dans la recomposition des activités de service public à New York, Revue française d’administration publique, 163, pp. 521-530; Benelli, N. (2011-2012). Sweeping the streets of the neoliberal city: racial and class divisions among New York City’s sanitation workers, Journal of Workplace Rights, 16(3-4), pp. 453-474.

Dr Natalie Benelli
Chargée de recherche - Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne
Dr Morgane Kuehni
Professeure - Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne

Morgane Kuehni est sociologue du travail, professeure à la Haute école de travail social et de la santé à Lausanne (HETS&SA) depuis 2013. Ses travaux portent sur les transformations du marché du travail en rapport avec les politiques sociales, les formes d’emploi précaire et les professions du travail social. Elle a récemment publié Kuehni, M. (2018). Des expériences de pauvreté laborieuse dans un contexte d'activation sociale : une perspective de genre. Recherches féministes, 30(2), 81-100 et Kuehni, M. (2016). Les miettes du salariat : l'engagement au travail des sans-emploi. Travail, genre et sociétés, 35, 129-148.

Dr Morgane Kuehni
Professeure - Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne
Katja Haunreiter
Professeure - Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne

Katja Haunreiter est avocate, titulaire d’un brevet fédéral en assurances sociales et spécialiste en droit du travail, elle enseigne depuis 7 ans en formation bachelor et en formation continue au sein de la Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne; auteure de différentes publications dans ce champ, dont notamment un ouvrage sur le certificat de travail (Le certificat de travail en Suisse. De son élaboration à sa remise : conseils, bases légales et règles utiles, Editions Loisirs et Pédagogie, Lausanne, 2016) et un récent article sur l’exclusion des éducateurs du champ d’application de la loi sur le travail (Les éduc', mal aimé-e-s de la loi sur le travail ? Actualité sociale, 73, 21-22).

Katja Haunreiter
Professeure - Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne
Dr Spartaco Greppi
Professeur - Scuola univerisitaria orofessionale della Svizzera italiana (SUPSI)

Spartaco Greppi est professeur de sécurité sociale à la Scuola universitaria professionale della Svizzera italiana (SUPSI) à Manno. Il a dirigé des projets de recherche sur l'État social, sur l'évolution des formes de flexibilité de l'emploi et sur l'efficacité des politiques d'activation. Sur ces sujets, il a publié “Rethinking Social Security”, in L.-P. Rochon, S. Rossi (eds), A Modern Guide To Rethinking Economics, Edward Elgar, 2017; Évaluation du dispositif «Formazioni brevi», Office fédéral des assurances sociales, Rapport de recherche, 2017 (avec G. Avilés, M. Bigotta et M. Dif-Pradalier).

Dr Spartaco Greppi
Professeur - Scuola univerisitaria orofessionale della Svizzera italiana (SUPSI)
Dr Peter Streckeisen
Enseignant et chercheur - Haute école spécialisée de Zurich (ZHAW)

Peter Streckeisen est sociologue. Après ses études à l'Université de Lausanne et à l'Université de Zurich, il a fait une thèse de doctorat et une thèse d'habilitation à l'Université de Bâle. Actuellement il est enseignant et chercheur au Département de Travail social de la Haute école spécialisée de Zurich (ZHAW) et privat-docent en sociologie à l'Université de Bâle. Parmi ses principaux terrains de recherche figurent la politique sociale, le marché du travail, la sociologie économique et l'analyse des processus de marchandisation.

Dr Peter Streckeisen
Enseignant et chercheur - Haute école spécialisée de Zurich (ZHAW)
Antonin Zurbuchen
Chargé de recherche - Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne

Antonin Zurbuchen a obtenu un master en science politique en 2017. Il est inscrit en qualité de doctorant à l’Université de Lausanne et y réalise une thèse portant sur le marché complémentaire, sous la direction du Prof. Olivier Voirol et du Prof. Peter Streckeisen. Il étudie en particulier les processus de valorisation socio-économiques au moyen de catégories inspirées de la théorie critique.

Antonin Zurbuchen
Chargé de recherche - Haute école de travail social et de la santé | EESP | Lausanne

Actualités

Evénements

Contact

  • Dr Morgane Kuehni, professeure, Haute école de travail social et de la santé, EESP
  • Dr Natalie Benelli, chargée de recherche, Haute école de travail social et de la santé, EESP
  • Antonin Zurbuchen, chargé de recherche, Haute école de travail social et de la santé, EESP
  • Dr Spartaco Greppi, professeur, Scuola univerisitaria professionale della Svizzera italiana, SUPSI
  • Dr Peter Streckeisen, Dozent, Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften, ZHAW